par Philippe Guionie
Libre de mes choix et de mes engagements

Philippe Guionie

Philippe Guionie

Historien de formation, Philippe Guionie est photographe, membre de l’agence Myop et représenté par la galerie Polka à Paris. Auteur de plusieurs ouvrages sur les thèmes de la mémoire et des constructions identitaires, ses sujets personnels sont présentés dans des galeries et festivals, en France et à l’étranger. Lauréat de plusieurs prix photographiques dont le prix Roger-Pic 2008 pour la série « Le tirailleur et les trois fleuves », il est chargé des cours de sémiologie de l’image à l’École de formation aux métiers du multimédia et de la photographie (ETPA) à Toulouse, et encadre de nombreux workshops en France (Rencontres d’Arles) et à l’étranger. En 2015, il a été commissaire de l’exposition « Koudjina en héritages » aux Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie, et directeur de la résidence 1+2 à Toulouse (1plus2.fr).
Philippe Guionie

Les derniers articles par Philippe Guionie (tout voir)

Quel rôle vous assignez-vous dans la société en tant qu’artiste ? La réponse est évidente pour moi. D’un postulat de départ,

Lire la suite

par Isabelle Boni-Claverie
« C’est peu et c’est déjà beaucoup »

Isabelle Boni Claverie

Isabelle Boni Claverie

Isabelle Boni-Claverie est scénariste et réalisatrice pour le cinéma et la télévision. Elle vient de réaliser un documentaire, Trop noire pour être française ?, coproduit par Quark Productions et Arte et diffusé le 3 juillet 2015, qui a connu un grand succès. Son talent de narratrice s’est d’abord exprimé par la littérature. Elle a 18 ans quand son premier texte, La Grande Dévoreuse, lui vaut d’être la deuxième lauréate du prix du Jeune écrivain de langue française. Sa rencontre avec la réalisatrice Claire Denis la convainc de faire du cinéma. Après des études de lettres modernes à la Sorbonne et d’histoire de l’art à l’École du Louvre, elle entre à la Fémis où elle réalise son premier court-métrage, Le Génie d’Abou (1998), qui voyagera dans de très nombreux festivals à travers le monde et recevra une mention spéciale du jury au festival international du court-métrage d’Abidjan. En 2004, elle réalise un moyen-métrage, Pour la nuit, sélectionné dans plus de 30 festivals internationaux et couronné de nombreux prix. Entre 2005 et 2006, elle travaille régulièrement aux États-Unis où l’acteur et producteur Danny Glover lui demande d’adapter pour le cinéma le roman de Valérie Tong Cuong, Où je suis (Grasset), qui devient Heart of Blackness.
Isabelle Boni-Claverie a co-écrit le téléfilm de Mahamat-Saleh Haroun, Sexe, gombo et beurre salé, une comédie diffusée sur Arte en 2007. En 2008 et 2009, elle a été co-auteure et directrice de collection de la série quotidienne Seconde chance (TF1), première série française à être sélectionnée aux Grammy Awards. Elle participe depuis lors à l’écriture de séries grand public telles que Sœur Thérèse.com (TF1), Cœur océan (France 2) ou Plus belle la vie (France 3). Trois fois lauréate de la bourse Beaumarchais (SACD), elle est aussi bénéficiaire de la bourse Brouillon d’un rêve (SCAM) et du fonds d’aide au scénario du festival du film d’Amiens
Isabelle Boni Claverie

Les derniers articles par Isabelle Boni Claverie (tout voir)

Je n’ai jamais pensé que l’art, a fortiori un film, pouvait changer le monde, uniquement la perception que nous en

Lire la suite