par Eric Lacascade
« Comme la vie, le théâtre est : sans finalité, sans but, sans sens »

Eric Lacascade

Eric Lacascade

---------
Né à Lille, Éric Lacascade fait des études de droit et parallèlement se forme à tous les métiers du théâtre au Prato, salle alternative lilloise. Il y rencontre Guy Alloucherie, avec qui il fonde le Ballatum Théâtre, qui très vite devient l’une des compagnies les plus inventives des années 1980. En 1997, il est nommé à la direction du CDN de Normandie. Il y développe une méthode de travail avec les acteurs, élabore un répertoire autour d’une équipe de comédiens fidèles. En 2000, il crée au festival d’Avignon, avec une même équipe de comédiens, trois pièces d’après Tchekhov : Ivanov, La Mouette et Cercle de famille pour trois sœurs. En 2002, il y présente Platonov, qui a un succès retentissant : cas unique, le spectacle est programmé en ce même lieu l’année suivante, celle de la crise des intermittents, qui conduira à l’annulation du festival. Il reprend possession de la Cour d’honneur en 2006 avec la création des Barbares de Gorki.
De la même manière, par deux fois l’Odéon s’attache sa collaboration : avec une nouvelle création d’Ivanov de Tchekhov, puis avec Hedda Gabler d’Ibsen, pièce dans laquelle il dirige Isabelle Huppert. Parallèlement à ces grandes formes théâtrales propices au développement de démarches chorales et spectaculaires, il explore d’autres voies plus expérimentales suggérées par des comédiennes qui l’inspirent : il dirige Norah Krief dans des spectacles musicaux, Les Sonnets de Shakespeare, La Tête ailleurs, Revue Rouge, et plus récemment Al Atlal ; à l’initiative de Daria Lippi, il conduit le projet Pour Penthésilée, spectacle pour comédienne seule, sous les regards croisés de metteurs en scène et de chorégraphes.
La formation et la transmission font partie intégrante du théâtre tel qu’Éric Lacascade le pratique. Au CDN de Normandie, il expérimente une école d’apprentis pour une vingtaine de jeunes artistes, complétée par un dispositif d’insertion original : le Laboratoire d’imaginaire social. Puis il crée Oncle Vania, d’après Oncle Vania et L’Homme des bois de Tchekhov, présentée dans le cadre de Vilnius, Capitale européenne de la culture avec des acteurs lituaniens ; en 2010, Les Estivants de Gorki au Théâtre national de Bretagne (TNB) ; en 2011, Tartuffe au Théâtre Vidy-lausanne. En 2013, il devient artiste associé au TNB et responsable pédagogique de son école ; c’est également l’année où il crée La Vestale, opéra en trois actes de Gaspare Spontini, au Théâtre des Champs-Élysées à Paris. 2015 est l’année de création de Constellations avec les élèves de l’école du TNB/Rennes. En 2017, Les Bas-fonds sont couronnés par le prix du meilleur spectacle théâtral créé en province, et son livre, Au cœur du réel, paraît chez Actes Sud.
Eric Lacascade

  L’art peut-il agir sur le monde ? Je l’ai pensé. Adolescent. C’est ainsi que j’ai pris le théâtre comme on

Lire la suite

par Myriam Marzouki
« Faire face à mon époque »

Myriam Marzouki

Myriam Marzouki

Myriam Marzouki découvre le théâtre comme comédienne dans le cadre universitaire parallèlement à des études de philosophie, et poursuit sa formation théâtrale à l’école du Théâtre de Chaillot à Paris. Elle crée la Compagnie du dernier soir en 2004 et met en scène jusqu’en 2010 des textes de Nathalie Quintane, Francis Ponge, Georges Perec, Jean-Charles Massera, Véronique Pittolo, Patrik Ourednik… En 2011, elle met en scène un texte inédit d’Emmanuelle Pireyre, Laissez-nous juste le temps de vous détruire, né d’une commande d’écriture à l’auteure. À l’invitation du festival d’Avignon, elle crée Invest in Democracy, forme courte sur la langue de la dictature, dans le cadre de la performance collective « Session poster ». En 2013, toujours au festival d’Avignon, elle présente Le Début de quelque chose d’après le texte d’Hugues Jallon. En 2015-2016, elle conçoit et met en scène Ce qui nous regarde, un théâtre poétique et politique, ouvert à la libre interprétation, qui interroge nos imaginaires et nos perceptions des femmes voilées en France. Elle prépare actuellement sa prochaine création, Que viennent les barbares (présentée en mars 2019 à la MC93 de Bobigny).
Myriam Marzouki

Les derniers articles par Myriam Marzouki (tout voir)

  Faire du théâtre, je crois que finalement, pour moi, c’est faire de la politique par d’autres moyens, d’une manière

Lire la suite

par carole thibaut
« Pour Chantal Goya »

Carole Thibaut

Carole Thibaut

Autrice, metteure en scène, comédienne, Carole Thibaut dirige depuis 2016 le centre dramatique national de Montluçon, région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a œuvré auparavant avec la compagnie Sambre pendant plus de vingt ans en Île-de-France. S’inspirant du monde contemporain et des rencontres avec les gens et les territoires sur lesquels elle travaille, elle tire un fil continu entre le réel et le poétique, l’intime et le politique, et explore toutes les formes d’écriture et d’expression scénique, alternant théâtre épique, pièces intimes, performances, installations numériques. Elle est régulièrement accueillie en résidence d’écriture à La Chartreuse – Villeneuve-lez-Avignon, a reçu de nombreux prix et bourses (prix Jeune talent SACD, prix de Guérande, prix des Journées de Lyon, bourses du Centre national du théâtre, du Centre national du livre, Beaumarchais…), et a été nommée chevalière des arts et des lettres.
Carole Thibaut

Les derniers articles par Carole Thibaut (tout voir)

Bon. Il s’agirait de ne pas tout mélanger. Il s’agirait de ne pas se laisser aller à la grande tambouille

Lire la suite

abstract nectart #6
Article d’Elsa Vivant

Elsa Vivant

Elsa Vivant

Elsa Vivant est enseignante-chercheuse à l’École d’urbanisme de Paris (université Paris Est). Ses recherches concernent les relations entre mondes de l’art et de l’urbanisme comme prisme pour renouveler les questionnements sur les modes de production de la ville. Elle est coauteure de l’ouvrage Expérimenter l’intervention artistique en urbanisme, publié en 2016 aux Presses universitaires de Rennes. En 2017, elle est chercheuse associée aux Ateliers Médicis pour un projet d’écriture sur la production de la ville.
Elsa Vivant

Et si les politiques d’attractivité des industries créatives étaient contre-productives ? par Elsa Vivant   La notion d’industries créatives n’a pas

Lire la suite

abstract nectart #6
Article de Stéphane Segreto-Aguilar

Stéphane Segreto Aguilar

Stéphane Segreto Aguilar

Stéphane Segreto-Aguilar est responsable de développement pour Artcena, Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre, et coordinateur de Circostrada, le réseau européen des arts du cirque et de la rue. Diplômé d’un master en politiques et gestion de la culture en Europe (université Paris VIII et université Concordia à Montréal), il s’emploie depuis dix ans à explorer le rôle et les enjeux de l’influence culturelle dans les relations internationales, à expérimenter des formes de gouvernance nouvelles dans les projets de collaboration et à promouvoir la création artistique dans ses formes les plus inattendues.
Stéphane Segreto Aguilar

Non, la France n’a plus le monopole du cirque contemporain ! par Stéphane Segreto-Aguilar   Les chiffres en témoignent, le développement

Lire la suite

abstract #6
Article de Jean-Claude Pompougnac

Jean-Claude Pompougnac

Jean-Claude Pompougnac

Jean-Claude Pompougnac a occupé de nombreux postes au ministère de la Culture : au cabinet du ministre puis du ministre de l’Éducation nationale et de la Culture ; en administration centrale (délégué au Développement et aux Formations) ; comme directeur régional des Affaires culturelles en région Centre. Il a dirigé un Institut français à l’étranger, a créé et dirigé un EPCC (Arcadi, en Île-de-France), et a terminé son activité professionnelle comme directeur de l’Action culturelle de la Ville de Bondy (Seine-Saint-Denis). Il est correspondant du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication.
Jean-Claude Pompougnac

Les derniers articles par Jean-Claude Pompougnac (tout voir)

La culture, un service public ? par Jean-Claude Pompougnac   La référence au service public présente, en France, un double registre :

Lire la suite

abstract nectart #6
Article d’Emmanuel Négrier

Emmanuel Négrier
Suivre

Emmanuel Négrier

Emmanuel Négrier est directeur de recherche en science politique au CNRS-CEPEL (université de Montpellier). Ses recherches portent sur les politiques culturelles, les dynamiques spatiales, la diversité culturelle, les festivals et la sociologie des publics, la comparaison internationale, ainsi que sur les transformations de l’action publique, les changements d’échelle territoriale, les politiques urbaines et la vie politique régionale. Il a récemment publié Les Musiques du monde et leur(s) public(s) (Le Mot et le reste, 2014).
Emmanuel Négrier
Suivre

La culture est-elle soluble dans la concentration économique ? par Emmanuel Négrier   Cet article analyse les enjeux de la concentration

Lire la suite

abstract nectart #6
Article de Bruno Lefèvre

Bruno Lefèvre

Bruno Lefèvre

Bruno Lefèvre est chercheur en sciences de l’information et de la communication, rattaché au LabSIC (université Paris XIII), spécialisé dans le champ des industries culturelles et créatives. Il interroge notamment les corrélations entre les mutations contemporaines au sein de filières, métiers ou secteurs de la culture et des phénomènes sociaux et économiques plus globaux. Il a proposé trois modèles idéaux-typiques des modalités de développement de clusters culturels sur des territoires locaux, articulés autour des équilibres des rapports de force entre acteurs et des représentations induites par des modèles de développement génériques, dont celui des territoires créatifs.
Bruno Lefèvre

L’économie créative, un nouveau récit des territoires qui conforte l’idéologie néolibérale par Bruno Lefèvre   Associer les notions d’industrie et

Lire la suite

abstract nectart #6
Article de Gildas Lefeuvre

Gildas Lefeuvre

Gildas Lefeuvre

Gildas Lefeuvre est journaliste spécialisé dans l’industrie musicale, dont il est un observateur privilégié depuis plus de vingt ans. Il a officié dans la plupart des publications business-to-business du secteur. Il a notamment été directeur de la rédaction de Musique Info Hebdo de 2001 à 2006, et édite aujourd’hui le blog « GL Connection » (www.glconnection.info). Consultant, conférencier, auteur de plusieurs études et ouvrages (dont Filière musicale « mode d’emploi »), il met aussi son expertise au service d’activités de conseil, coaching, formation, coordination de projets, accompagnement d’artistes et management.
Gildas Lefeuvre

Peut-on encore vivre de sa musique aujourd’hui ? par Gildas Lefeuvre   C’est dans un contexte en mutation permanente qu’il faut

Lire la suite

abstract nectart #6
Article de Bernard Lahire

Bernard Lahire

Bernard Lahire

Bernard Lahire est professeur de sociologie à l’ENS de Lyon. Il a travaillé successivement sur l’échec scolaire, les réussites scolaires improbables, l’illettrisme, les pratiques culturelles, les rapports entre art et société (il a notamment étudié les conditions de création des écrivains, l’œuvre de Kafka et la trajectoire d’un tableau de Poussin), les rêves. Parmi la vingtaine d’ouvrages publiés depuis le début des années 1990 : L’Homme pluriel (Nathan, 1998), La Culture des individus (La Découverte, 2004), La Condition littéraire (La Découverte, 2006), Monde pluriel (Seuil, 2012), Ceci n’est pas qu’un tableau (La Découverte, 2015) ou encore Pour la sociologie (La Découverte, 2016). Membre senior de l’Institut universitaire de France, il a reçu la médaille d’argent du CNRS en 2012.
Bernard Lahire

La culture peut-elle mélanger les torchons et les serviettes ? par Bernard Lahire   Dans son usage le plus lâche, la

Lire la suite

abstract nectart #6
Article de Gerty Dambury

Gerty Dambury

Gerty Dambury

Gerty Dambury, née à Pointe-à-Pitre, est dramaturge, nouvelliste, poétesse et romancière, comédienne et metteure en scène. Parallèlement à des études de langues (anglais, arabe), elle s’est engagée dans des mouvements féministes et a été une membre active de la Coordination des femmes noires. De 1989 à 1991, elle a occupé le poste de conseiller pour le livre et la lecture à la Drac de Guadeloupe. C’est dès 1981 qu’elle a commencé à écrire pour la scène et à créer des pièces en français, en créole ou bilingues. Son œuvre la plus connue, Lettres indiennes, a été créée par Alain Timár en Avignon en 1996 et par Françoise Kourilsky à New York l’année suivante. En 2008, sa pièce Trames a reçu le prix SACD de la dramaturgie de langue française. Elle a publié deux romans aux éditions du Manguier, Les Rétifs (2012) et La Sérénade à Poinsettia (2016). En 2012, elle a initié un concept théâtral, le Séna, qui rassemble comédiens et spectateurs dans une très grande proximité et repose sur l’échange entre participants, à partir de textes de la littérature caribéenne, en français, anglais, espagnol et créole. Elle poursuit ses activités dans le milieu théâtral par l’écriture, la direction d’acteurs, la mise en scène, tout en participant à l’association qu’elle a contribué à fonder en 2015, Décoloniser les arts, qui replace au cœur du débat culturel la question de l’invisibilité des artistes racisés.
Gerty Dambury

Les derniers articles par Gerty Dambury (tout voir)

Blanche, la scène française ! par Gerty Dambury   Depuis plusieurs années, le monde de l’art et de la culture est

Lire la suite

abstract nectart #6
Article de Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin est depuis 2016 délégué général Grand Est de la Fondation de France, après avoir été membre de son comité culture de 2012 à 2016. Directeur du développement culturel du Territoire de Belfort de 2014 à 2016, il a mené un travail précurseur sur les droits culturels et l’ensemble des politiques publiques de la collectivité. Il a dirigé de 2001 à 2004 l’espace multimédia Gantner, alors unique centre d’art français dédié au numérique et au multimédia. Militant culturel, il a agi sur le secteur du cinéma expérimental, dans sa structuration (association Light Cone) et par l'élaboration de programmes pour le musée Unterlinden, le musée d’Art contemporain de Strasbourg, le musée national d’Art moderne et diverses structures associatives. Il est aussi cofondateur de la fédération Hiéro Colmar, et titulaire d’une maîtrise en chimie-physique et d’un DESS en management culturel.
Jean-Damien Collin

Les « Nouveaux commanditaires » : la création comme enjeu démocratique par Jean-Damien Collin   Lorsqu’il a formulé le protocole des Nouveaux commanditaires

Lire la suite

abstract nectart #6
Article de Claire Balleys

Claire Balleys

Claire Balleys

Claire Balleys, sociologue, travaille depuis dix ans sur la socialisation adolescente, les pratiques de sociabilité médiatisée et les usages juvéniles du numérique. Actuellement en post-doctorat à l’université du Québec à Montréal, elle est notamment l’auteure de Grandir entre adolescents. À l’école et sur Internet (Presses polytechniques et universitaires romandes, 2015) et de « L’incontrôlable besoin de contrôle. Les performances de la féminité par les adolescentes sur YouTube », paru dans la revue Genre, sexualité & société en juin 2017.
Claire Balleys

Comment les adolescents construisent-ils leur identité avec YouTube et les médias sociaux ? par Claire Balleys   YouTube est une mine

Lire la suite

abstract nectart #6
Article d’Olivier Babeau

Olivier Babeau
Suivre

Olivier Babeau

Olivier Babeau est professeur de sciences de gestion à l’université de Bordeaux, après des études à l’ESCP et à l’ENS de Cachan, diplômé de troisième cycle en philosophie et agrégé d’économie. Il a notamment publié : Jean Zay (1904-1944). Ministre de l’Instruction du Front populaire, résistant, martyr, avec Roger Karoutchi (Ramsay, 2006), La Transgression ordinaire (Eska, 2009) et Le Management expliqué par l’art (Ellipses, 2013). Il s’intéresse en particulier aux mutations des modèles économiques liées à la diffusion du numérique.
Olivier Babeau
Suivre

Et si on libéralisait la culture ? par Olivier Babeau   Les produits culturels, chacun le sait, ne sont pas des

Lire la suite

ABSTRACT NECTART #6
Article de Lionel Arnaud

Lionel Arnaud

Lionel Arnaud

Lionel Arnaud est professeur de sociologie à l’université Toulouse III et membre du Laboratoire des sciences sociales du politique (EA 4175, Sciences-Po Toulouse). Ses thèmes de recherche portent principalement sur les politiques et les dispositifs de développement culturel des villes et des mouvements culturels, en Europe et dans le reste du monde. Il s’intéresse plus particulièrement aux processus de politisation et de dépolitisation de la culture et des pratiques culturelles des populations racialement et ethniquement minorisées. En complément des nombreux ouvrages et articles déjà parus, il publiera en 2018 Agir par la culture. Acteurs, enjeux et mutations des mobilisations culturelles aux éditions de l’Attribut.
Lionel Arnaud

Et si l’amateur se réalisait dans la société numérique ? par Lionel Arnaud   Depuis les années 1970, les figures du

Lire la suite