« La représentation permet de métamorphoser en production artistique une blessure qui a été réelle. »
Entretien avec Boris Cyrulnik autour de la résilience dans l’art

Il est l’un des plus grands psychiatres de ces dernières décennies. À partir de sa propre histoire, celle d’un enfant juif orphelin témoin de la déportation de ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale, Boris Cyrulnik a approfondi et vulgarisé le concept de résilience (renaître de sa souffrance). L’art, à travers la construction d’un récit mettant à distance le réel, est selon lui l’une des voies essentielles de la (re)construction de soi.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite