par Elsa Vivant
Et si les politiques d’attractivité des industries créatives étaient contre-productives ?

Les stratégies d’attractivité territoriale par l’implantation des industries créatives ne vont pas sans le risque d’une survalorisation foncière et immobilière excluant les plus précaires, dont les travailleurs de ces industries créatives.

Lire l’asbstract

L’intégralité de cet article est réservée aux abonnés.

Je m’abonne
Elsa Vivant

Elsa Vivant

Elsa Vivant est enseignante-chercheuse à l’École d’urbanisme de Paris (université Paris Est). Ses recherches concernent les relations entre mondes de l’art et de l’urbanisme comme prisme pour renouveler les questionnements sur les modes de production de la ville. Elle est coauteure de l’ouvrage Expérimenter l’intervention artistique en urbanisme, publié en 2016 aux Presses universitaires de Rennes. En 2017, elle est chercheuse associée aux Ateliers Médicis pour un projet d’écriture sur la production de la ville.
Elsa Vivant
Partagez/commentez cette page dans vos réseaux
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Elsa Vivant

Elsa Vivant est enseignante-chercheuse à l’École d’urbanisme de Paris (université Paris Est). Ses recherches concernent les relations entre mondes de l’art et de l’urbanisme comme prisme pour renouveler les questionnements sur les modes de production de la ville. Elle est coauteure de l’ouvrage Expérimenter l’intervention artistique en urbanisme, publié en 2016 aux Presses universitaires de Rennes. En 2017, elle est chercheuse associée aux Ateliers Médicis pour un projet d’écriture sur la production de la ville.