Robyn Orlin
« Je me sens comme un travailleur culturel… »

Je n’ai pas le souvenir d’une période où l’art n’aurait pas été en interaction avec le monde… La poésie, la folie et la douleur de nos vies quotidiennes rendent difficile la séparation entre les deux… Quand je me connecte aux actualités du monde, qu’il s’agisse de la météo, de la politique, des inventions, de l’histoire se révélant (à nouveau) à elle-même, des rumeurs du milieu financier… cela affecte ma façon de travailler… L’innovation surgit du quotidien… Et, d’une certaine manière, certains souvenirs de mon enfance fondent mon travail, Hidden Beauties/Dirty Stories (une vidéo produite pour Arte en 2004) en est probablement le meilleur exemple…
Je ne suis pas certaine de me voir comme un « artiste », mais peut-être plutôt comme un « travailleur culturel ». Je fais une expérience particulière du monde et j’ai toujours envie de partager ces expériences avec la société.
Un « travailleur culturel » avec le sens de l’humour couplé à une esthétique baroque africaine.

Robyn Orlin

Robyn Orlin

Robyn Orlin est une femme blanche juive sud-africaine, née d’une mère polonaise et d’un père lituanien, et désormais installée à Berlin. Loin des propositions artistiques faites sur mesure pour des publics occidentaux, la démarche de Robyn Orlin se nourrit de ses propres ambivalences ; elle n’a jamais été une représentante de la danse africaine, qu’elle soit contemporaine ou traditionnelle. Le public a ainsi pu se familiariser avec son activisme artistique et ses manières peu respectueuses des conventions. On a également souvent fait état de son engagement contre l’apartheid, le sida et les inégalités sociales.
Robyn Orlin

Les derniers articles par Robyn Orlin (tout voir)

Partagez/commentez cette page dans vos réseaux
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Robyn Orlin

Robyn Orlin est une femme blanche juive sud-africaine, née d’une mère polonaise et d’un père lituanien, et désormais installée à Berlin. Loin des propositions artistiques faites sur mesure pour des publics occidentaux, la démarche de Robyn Orlin se nourrit de ses propres ambivalences ; elle n’a jamais été une représentante de la danse africaine, qu’elle soit contemporaine ou traditionnelle. Le public a ainsi pu se familiariser avec son activisme artistique et ses manières peu respectueuses des conventions. On a également souvent fait état de son engagement contre l’apartheid, le sida et les inégalités sociales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *