par Emmanuel Négrier
La culture est-elle soluble dans la concentration économique ?

Nouvelle par son ampleur et par ses stratégies de concentration, l’intervention de groupes marchands dans le secteur culturel, et notamment musical, tend à le déséquilibrer, au détriment des acteurs qui concourent à la diversité artistique.

Lire l’abstract

L’intégralité de cet article est réservée aux abonnés.

Je m’abonne
Emmanuel Négrier
Suivre

Emmanuel Négrier

Emmanuel Négrier est directeur de recherche en science politique au CNRS-CEPEL (université de Montpellier). Ses recherches portent sur les politiques culturelles, les dynamiques spatiales, la diversité culturelle, les festivals et la sociologie des publics, la comparaison internationale, ainsi que sur les transformations de l’action publique, les changements d’échelle territoriale, les politiques urbaines et la vie politique régionale. Il a récemment publié Les Musiques du monde et leur(s) public(s) (Le Mot et le reste, 2014).
Emmanuel Négrier
Suivre
Partagez/commentez cette page dans vos réseaux
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Emmanuel Négrier

Emmanuel Négrier est directeur de recherche en science politique au CNRS-CEPEL (université de Montpellier). Ses recherches portent sur les politiques culturelles, les dynamiques spatiales, la diversité culturelle, les festivals et la sociologie des publics, la comparaison internationale, ainsi que sur les transformations de l’action publique, les changements d’échelle territoriale, les politiques urbaines et la vie politique régionale. Il a récemment publié Les Musiques du monde et leur(s) public(s) (Le Mot et le reste, 2014).