Les droits culturels en débat
Pour une approche des droits culturels bien tempérée

L’irruption des droits culturels dans le débat sur les politiques publiques de la culture a représenté une bouffée d’air frais, peut-être même un véritable changement de paradigme. Au cœur de la réflexion, à l’avant-garde du combat, on s’attendait à trouver les artistes et les opérateurs culturels. Par un curieux paradoxe, ils en sont absents et tout se passe comme si les défenseurs des droits culturels se méfiaient d’eux et les tenaient pour responsables de l’échec de la démocratisation culturelle. Comme toujours, les torts sont partagés. Sous peine de voir les droits culturels n’accoucher que d’une gesticulation vide de sens et la création artistique s’épuiser en une stérile célébration de l’entre-soi, il est urgent de lever ce malentendu : on n’en finirait pas d’énumérer les chantiers passionnants qui naîtront de ce dialogue.


Bengio-Nectart par editionsattribut

L’intégralité de cet article est réservée aux abonnés.

Je m’abonne
Abraham Bengio

Abraham Bengio

est agrégé de lettres classiques. Il a dirigé l’Institut français de Madrid. DRAC de quatre régions successives, il a été également délégué général à la langue française et aux langues de France par intérim. Directeur général adjoint de la Région Rhône-Alpes, il était en charge du pôle « Vivre ensemble ». Polyglotte mais surtout amoureux des langues, il s’intéresse au dialogue des cultures, à ses rencontres improbables et aux difficultés qu’il engendre, à la pluralité linguistique française et à la diversité des cultures juives.
Abraham Bengio

Les derniers articles par Abraham Bengio (tout voir)

Partagez/commentez cette page dans vos réseaux
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Abraham Bengio

est agrégé de lettres classiques. Il a dirigé l’Institut français de Madrid. DRAC de quatre régions successives, il a été également délégué général à la langue française et aux langues de France par intérim. Directeur général adjoint de la Région Rhône-Alpes, il était en charge du pôle « Vivre ensemble ». Polyglotte mais surtout amoureux des langues, il s’intéresse au dialogue des cultures, à ses rencontres improbables et aux difficultés qu’il engendre, à la pluralité linguistique française et à la diversité des cultures juives.