abstract nectart #6
Article de Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin est depuis 2016 délégué général Grand Est de la Fondation de France, après avoir été membre de son comité culture de 2012 à 2016. Directeur du développement culturel du Territoire de Belfort de 2014 à 2016, il a mené un travail précurseur sur les droits culturels et l’ensemble des politiques publiques de la collectivité. Il a dirigé de 2001 à 2004 l’espace multimédia Gantner, alors unique centre d’art français dédié au numérique et au multimédia. Militant culturel, il a agi sur le secteur du cinéma expérimental, dans sa structuration (association Light Cone) et par l'élaboration de programmes pour le musée Unterlinden, le musée d’Art contemporain de Strasbourg, le musée national d’Art moderne et diverses structures associatives. Il est aussi cofondateur de la fédération Hiéro Colmar, et titulaire d’une maîtrise en chimie-physique et d’un DESS en management culturel.
Jean-Damien Collin

Les « Nouveaux commanditaires » : la création comme enjeu démocratique par Jean-Damien Collin   Lorsqu’il a formulé le protocole des Nouveaux commanditaires

Lire la suite

par Hervé platel
L’étude du cerveau nous aide-t-elle à mieux comprendre l’impact de l’art sur nos vies ?

L’étude scientifique du cerveau et l’intérêt pour les activités artistiques en neurosciences sont tout à fait récents, et sont issus en particulier de la possibilité de visualiser le fonctionnement cérébral chez des sujets sains par les techniques de neuro-imagerie au cours des années 1990. Dans un premier temps, les artistes ont fait preuve d’une grande méfiance vis-à-vis de ce que pouvaient dire ou essayer d’expliciter les neurosciences concernant les processus de créativité ou de jugement esthétique. Aujourd’hui, un mouvement d’intérêt, voire un engouement parfois immodéré s’opèrent de la part des pédagogues et enseignants en art et des intervenants en art-thérapie, ce phénomène étant particulièrement remarquable en ce qui concerne la musique. Ainsi, les résultats des neurosciences cognitives sont fortement relayés dans le grand public pour leurs applications dans les domaines de la santé et de l’éducation. Et si l’art était indispensable pour notre cerveau ?

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

Qui décide de la valeur d'une oeuvre d'art contemporain ?
La profession ou le marché ? Les foires ou les expos ? Les FRAC ou les galeries ? Les musées ou les collectionneurs ?

La « valeur » d’une œuvre n’est pas seulement marchande : elle est aussi esthétique, politique, ludique… L’attribution de ces différentes valeurs dépend des « cercles de reconnaissance » de l’œuvre, depuis les pairs jusqu’au grand public, en passant par les spécialistes des secteurs public et privé. Pour ce qui est de la valeur marchande, elle relève, comme pour tout bien, de la loi de l’offre et de la demande. En matière d’art contemporain, où l’innovation est reine, se pose le problème de l’écart entre la valeur à court terme et la valeur à long terme, autrement dit de l’éventuelle obsolescence des prix – un problème devenu particulièrement crucial avec le spectaculaire essor du marché dans la dernière génération. Mais ce problème en demeure-t-il un dès lors qu’on fait son deuil de l’illusion d’une valeur intrinsèque des œuvres ?


Nathalie Heinich La valeur d'une oeuvre d'art... par editionsattribut

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

Considérées hier comme mineures, comment se sont-elles imposées sur l’ensemble des continents ?
Les séries télévisées sont-elles l’art majeur du XXIe siècle ?

De sous-culture décriée par toute une intelligentsia, les séries télévisées non seulement occupent désormais les soirées de prime time sur toutes les chaînes télévisées du monde, mais alimentent aussi discussions, revues, festivals, colloques et débats enflammés sur les réseaux sociaux et en dehors. Comment expliquer ce bouleversement dans les degrés de légitimation ? Autant par la façon dont HBO et d’autres chaînes ont renouvelé le genre, avec un discours sur la société et la nature humaine beaucoup moins édulcoré, que par la façon dont les technologies numériques ont permis aux séries télévisées de devenir un mode d’expression mondial.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite