abstract nectart #6
Article d’Olivier Babeau

Olivier Babeau
Suivre

Olivier Babeau

Olivier Babeau est professeur de sciences de gestion à l’université de Bordeaux, après des études à l’ESCP et à l’ENS de Cachan, diplômé de troisième cycle en philosophie et agrégé d’économie. Il a notamment publié : Jean Zay (1904-1944). Ministre de l’Instruction du Front populaire, résistant, martyr, avec Roger Karoutchi (Ramsay, 2006), La Transgression ordinaire (Eska, 2009) et Le Management expliqué par l’art (Ellipses, 2013). Il s’intéresse en particulier aux mutations des modèles économiques liées à la diffusion du numérique.
Olivier Babeau
Suivre

Et si on libéralisait la culture ? par Olivier Babeau   Les produits culturels, chacun le sait, ne sont pas des

Lire la suite

par Maria Lucia de Souza Barros Pupo
São Paulo : la ville qui expérimente l’art citoyen

Métropole de 11 millions d’habitants d’une grande diversité urbaine et sociale, São Paulo expérimente depuis une décennie une nouvelle politique culturelle afin de renforcer sa démocratie et de réduire les inégalités entre le centre-ville et sa périphérie. L’article montre comment ses deux principaux programmes d’aide aux compagnies de théâtre et de danse sont axés sur l’implication des citoyens dans la culture, dans la lignée du nouveau référentiel des droits culturels et de l’approche anthropologique de la politique culturelle par le Système national de culture du Brésil.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

Réforme territoriale : le paysage culturel bouleversé ?
Avis de turbulences pour les politiques culturelles territoriales

Longtemps dominé par le duopole de la ville et de l’État, le domaine culturel voit deux acteurs majeurs monter au premier plan : la métropole et la région, qui ne tarderont pas à revendiquer de nouvelles compétences. L’affaiblissement du rôle régulateur et compensateur de l’État en découle déjà. Si l’on ajoute aux effets conjugués de la pénurie budgétaire et de la refonte des territoires la panne d’inspiration qui semble affecter le ministère de la Culture, les chances sont minces de relancer la dynamique des politiques publiques. À moins que la société civile ne s’en mêle et que l’administration centrale ne propose une méthode de coopération, des solutions contractuelles et des principes d’arbitrage à ses partenaires…

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite