abstract nectart #6
Article de Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin

Jean-Damien Collin est depuis 2016 délégué général Grand Est de la Fondation de France, après avoir été membre de son comité culture de 2012 à 2016. Directeur du développement culturel du Territoire de Belfort de 2014 à 2016, il a mené un travail précurseur sur les droits culturels et l’ensemble des politiques publiques de la collectivité. Il a dirigé de 2001 à 2004 l’espace multimédia Gantner, alors unique centre d’art français dédié au numérique et au multimédia. Militant culturel, il a agi sur le secteur du cinéma expérimental, dans sa structuration (association Light Cone) et par l'élaboration de programmes pour le musée Unterlinden, le musée d’Art contemporain de Strasbourg, le musée national d’Art moderne et diverses structures associatives. Il est aussi cofondateur de la fédération Hiéro Colmar, et titulaire d’une maîtrise en chimie-physique et d’un DESS en management culturel.
Jean-Damien Collin

Les « Nouveaux commanditaires » : la création comme enjeu démocratique par Jean-Damien Collin   Lorsqu’il a formulé le protocole des Nouveaux commanditaires

Lire la suite

par Maria Lucia de Souza Barros Pupo
São Paulo : la ville qui expérimente l’art citoyen

Métropole de 11 millions d’habitants d’une grande diversité urbaine et sociale, São Paulo expérimente depuis une décennie une nouvelle politique culturelle afin de renforcer sa démocratie et de réduire les inégalités entre le centre-ville et sa périphérie. L’article montre comment ses deux principaux programmes d’aide aux compagnies de théâtre et de danse sont axés sur l’implication des citoyens dans la culture, dans la lignée du nouveau référentiel des droits culturels et de l’approche anthropologique de la politique culturelle par le Système national de culture du Brésil.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

par Joëlle Zask
De la démocratisation à la démocratie culturelle

La « culture » implique de cultiver, culturer, faire pousser, grandir. Or, l’individu ne « pousse » pas s’il n’est pas « cultivé » par son environnement et s’il ne participe pas activement à sa « croissance ». La culture est donc une question de relation, et même d’interaction, entre l’individuel et le social. Elle est vivante (Malinowski), vraie (Sapir) ou démocratique, commune et partagée (Dewey) si elle assure la réciprocité entre le développement de l’individualité et celui de la vie commune. Cette conception de la culture fausse la route à d’autres notions que nous écarterons, non seulement parce qu’elles sont inexactes et unilatérales, mais aussi parce qu’elles débouchent sur des politiques culturelles boiteuses, fondamentalement anti- ou non démocratiques.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

Lettre sur l'éducation aux Princes d'aujourd'hui
Comment éclairer les Princes d’aujourd’hui, leur faire comprendre la nécessité de l’éducation esthétique pour asseoir la démocratie et la citoyenneté ?

En 1795, le dramaturge, poète et philosophe Friedrich von Schiller adressait au duc Chrétien-Frédéric de Holstein-Augustenbourg ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme. Elles inscrivaient la nécessité de l’art et de l’esthétique au cœur de l’humanisme à l’âge démocratique. La beauté, déclarait-il, est le chemin de la liberté ; si vous voulez que règne la liberté, vous devez suivre la voie esthétique ; celle du théâtre, celle des beaux-arts. Qu’en est-il aujourd’hui ? Le message de Schiller demeure d’une grande actualité : une nouvelle et nécessaire étape de la démocratisation dans le domaine de l’art et de la culture passe par l’accès de tous à l’expérience esthétique, comme expérience humaine fondamentale et fondatrice. En se référant à la conception de l’expérience esthétique développée par John Dewey et en appui sur l’analyse du travail et de l’apport des artistes engagés dans la tâche éducative, cet article s’efforce de relancer le geste de Schiller et d’en montrer l’actualité.


Alain Kerlan pour Nectart#2 par editionsattribut

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite