par hédi chenchabi
Les populations immigrées, ces grandes absentes de la politique culturelle !

Cette contribution analyse les politiques culturelles de la France dans leur approche des apports culturels des étrangers, ainsi que les pratiques concrètes des institutions. Elle retrace le cheminement des politiques publiques dans le champ des « cultures de l’immigration », des années 1970 à aujourd’hui, en particulier en matière de politique de la ville. Quelle a été la dimension réelle de l’action culturelle, de la diversité culturelle et de la création au sein de l’immigration et dans les quartiers populaires en France ? L’auteur aboutit à ce constat (sans appel) : la conception unificatrice de la République n’a pas contribué en France à une vision plurielle de la diversité.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

par Maria Lucia de Souza Barros Pupo
São Paulo : la ville qui expérimente l’art citoyen

Métropole de 11 millions d’habitants d’une grande diversité urbaine et sociale, São Paulo expérimente depuis une décennie une nouvelle politique culturelle afin de renforcer sa démocratie et de réduire les inégalités entre le centre-ville et sa périphérie. L’article montre comment ses deux principaux programmes d’aide aux compagnies de théâtre et de danse sont axés sur l’implication des citoyens dans la culture, dans la lignée du nouveau référentiel des droits culturels et de l’approche anthropologique de la politique culturelle par le Système national de culture du Brésil.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

Des clichés au possible rejet : quelle place pour les arts issus des migrations en France ?
Comment battre en brèche les clichés et les raccourcis sur les danses et musiques africaines et orientales véhiculés par l’extrême droite ?

Dans le domaine culturel, les relations entre les populations ethnicisées, immigrées ou issues de l’immigration, et les populations autochtones sont souvent présentées comme antagonistes sans qu’on prenne le temps d’étudier les modes de création des uns et des autres. Cet article, centré sur les musiques et les danses du monde, montre comment les populations qui les pratiquent, d’origines culturelles et cultuelles diverses, interagissent à la fois entre elles et avec d’autres personnes. Et comment ces activités constituent un des modes contemporains de création d’un monde commun et de négociations identitaires, loin des stéréotypes véhiculés par une partie de la droite et par l’extrême droite, nous invitant à penser ces expressions artistiques comme communautaristes ou déformant une « culture artistique française » plus facilement légitimée. La question est de savoir comment elles participent aux échanges, aux rencontres d’une population diversifiée, et si elles contribuent au développement d’une cohésion au-delà de leurs différences.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite