par Emmanuel Négrier
La culture est-elle soluble dans la concentration économique ?

Nouvelle par son ampleur et par ses stratégies de concentration, l’intervention de groupes marchands dans le secteur culturel, et notamment musical, tend à le déséquilibrer, au détriment des acteurs qui concourent à la diversité artistique.

Lire l'abstract

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

par Bruno Lefèvre
L’économie créative, un nouveau récit des territoires qui conforte l’idéologie néolibérale

L’économie créative est le nouveau paradigme des métropoles et un outil de marketing territorial (clusters culturels et numériques, quartiers créatifs, capitales européennes de la culture ou du design…) où les acteurs culturels ne sont plus perçus pour leur pouvoir d’émancipation vis-à-vis des modèles dominants mais pour leur capacité à prendre sens dans les récits consensuels du territoire.

Lire l'abstract

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

par Elsa Vivant
Et si les politiques d’attractivité des industries créatives étaient contre-productives ?

Les stratégies d’attractivité territoriale par l’implantation des industries créatives ne vont pas sans le risque d’une survalorisation foncière et immobilière excluant les plus précaires, dont les travailleurs de ces industries créatives.

Lire l'asbstract

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

par Philippe Henry
L’entrepreneuriat culturel : vers un nouveau modèle d’organisation

Rejeter la notion d’entrepreneuriat au prétexte qu’elle introduit une dimension par trop gestionnaire dans le domaine culturel ne tient plus, alors même que celui-ci a connu depuis un demi-siècle une professionnalisation accélérée. Faire comme si cet entrepreneuriat ne se démarquait qu’à la marge des formes qu’il prend dans d’autres secteurs ne résiste pas plus à l’analyse de ses spécificités socio-économiques. Une troisième perspective s’ouvre si l’on considère l’entrepreneuriat comme l’ensemble des conditions et des modalités sous lesquelles une intuition va se concrétiser dans une activité productive et créatrice de valeur, tout en permettant le développement d’une organisation qu’on voudrait pérenne. L’entrepreneuriat culturel apparaît alors comme spécifiquement constitué à la croisée d’une tension extrême entre une singularisation affirmée de la moindre de ses propositions et une interdépendance poussée des différents acteurs qui vont les valoriser. D’où un type particulier d’entrepreneuriat, où chaque organisation oscille sans cesse entre la recherche d’une notoriété propre et la nécessité de fortement coopérer avec les autres.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite