abstract nectart #6
Article de Gildas Lefeuvre

Gildas Lefeuvre

Gildas Lefeuvre

Gildas Lefeuvre est journaliste spécialisé dans l’industrie musicale, dont il est un observateur privilégié depuis plus de vingt ans. Il a officié dans la plupart des publications business-to-business du secteur. Il a notamment été directeur de la rédaction de Musique Info Hebdo de 2001 à 2006, et édite aujourd’hui le blog « GL Connection » (www.glconnection.info). Consultant, conférencier, auteur de plusieurs études et ouvrages (dont Filière musicale « mode d’emploi »), il met aussi son expertise au service d’activités de conseil, coaching, formation, coordination de projets, accompagnement d’artistes et management.
Gildas Lefeuvre

Peut-on encore vivre de sa musique aujourd’hui ? par Gildas Lefeuvre   C’est dans un contexte en mutation permanente qu’il faut

Lire la suite

De Daft Punk à Stromae... la French Touch est-elle planétaire ?
Quelle est l’audience internationale de la scène musicale française ? Le rap tire-t-il son épingle du jeu ?

Le volume économique de la filière musicale française à l’international, musiques classiques et musiques actuelles confondues, est en constante progression depuis 2010 et a franchi la barre des 600 millions d’euros en 2014. Les artistes qui génèrent le plus de chiffre d’affaires sont les pop stars francophones de cette décennie : Stromae, David Guetta et Zaz en tête de liste. Ils ont un trait commun, celui du show. Les Daft Punk, autre tête de gondole française à l’international, ont montré la voie dans ce domaine (light shows, scénographies géantes…) et dans celui du marketing musical (teasings, produits dérivés…).
Le rap français tire quant à lui son épingle du jeu sur la scène internationale francophone, tandis que la danse et le beatmaking made in France ont une audience plus large.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

Quel droit d'auteur à l'heure numérique ?
Sortir de l’impasse la réforme du droit d’auteur.

Depuis plus de quinze ans, les gouvernements successifs se débattent avec la question du droit d’auteur, sans parvenir à trouver un arbitrage satisfaisant. Au niveau européen, le même sentiment d’impasse politique prédomine. Le récent rapport Reda a suscité un rejet des milieux culturels français, entérinant le fait que la réforme s’avère impossible en raison de leur lobbying.
Pour sortir de l’impasse, il importe avant tout de comprendre qu’une réforme du droit d’auteur dans le sens des usages n’entraînera pas nécessairement une fragilisation de la position des créateurs. Il est possible d’arriver à un nouvel équilibre satisfaisant entre la protection et l’ouverture. Par ailleurs, il est nécessaire de regarder en face la question du financement de la création à l’heure d’Internet, pour prendre conscience des défaillances du droit d’auteur en la matière et explorer de nouvelles solutions. Enfin, il est grand temps de sortir de la spirale répressive dans laquelle la législation s’enfonce en cherchant à lutter contre le « piratage » par des moyens inefficaces.

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite

Le livre numérique peut-il supplanter le livre papier ?
Le livre va-t-il lui aussi basculer dans un nouveau modèle ?

Contrairement aux États-Unis où il atteint 30 % du marché du livre, le livre numérique peine à décoller dans notre pays, atteignant en 2015 une part de 4 % environ. Pourtant, de nombreuses interrogations entourent l’avènement du numérique : Va-t-on subir une chute du chiffre d’affaires, à l’instar de ce qui s’est produit dans d’autres secteurs culturels ? Les libraires pourront-ils résister au grignotage d’une part de leur marché, alors que leur marge est déjà dérisoire ? Va-t-on vers une disruption des chaînes de valeur, qui se traduirait par la disparition de certains maillons, le brouillage des frontières entre les fonctions (création-diffusion-consommation), et des stratégies de désintermédiation ?

L'intégralité de cet article est réservée aux abonnés.
Je m'abonne
Lire la suite